• Lecture analytique de la description de la pension Vauquer

    "Cette pièce exhale" à "tomber en pourriture" p.61 à 63

    L'enjeu du texte
    Il représente l'archétype de la méthode balzacienne dans la description.On examinera de quelle façon il impose par la force de caractéristions multiples la présence d'un ameublement qui implique un style de vie, un mode de pensée, une sensibilité et une façon d'être. Il contient et résume toute la relation du narrateur avec le monde des objets.

    I Mise en ordre de la vision
    Derrière une apparence de spontanéité et presque s'improvisation dans l'écriture, la descripion se présente comme une tentative de mise en ordre de la vision en quatre étapes:

    Un regard global est porté dans la phrase ("cette salle...figures bizarres"), une vision panoramique: teintes défraîchies et crasse, comme le fond de la toile préparé pour recevoir la figure des objets.

    Les masses significatives apparaissent ensuite ("Elle est plaquée...chaque pensionnaire"), constituées par quelques objets plus volumineux: "buffets gluants" et "une boîte à cases", en deux phrases distinctes.

    Une énumération proliférante ("Vous y verriez...se carbonise"), l'évocation d'un bric-à-brac, une profusion de vieilleries,où la vivacité du rythme évite la monotonie.

    Un commentaire dépréciatif enfin ("Pour expliquer...pourriture") sur la vétusté de cet ameublement.

    II Approche par le lexique
    Quelle est l'impression produite sur le lecteur? Il est possible de dégager deux grilles de lecture au milieu des amoncellemnts du bazar Vauquer:

    La malpropreté est l'impresssion dominante, avec un champ lexical prépondérant: "la crasse a imprimé ses couches...buffets gluants...carafes échancrée, ternies...serviettes où tachées où vineuses...la poussière se combine avec l'huile"; et aussi sur la ta table une "toile cirée assez grasse..." pour servir d'écritoire, une crasse épaisse, qui colle aux mains, le regard s'y  englue. Et encore un mobilier "pourri,tremblant,rongé", puis la misère: "elle a des taches".

    L'impression de vétusté est soutenue aussi par un lexique redondant: on a rencontré dès le début "jadis peinte", que confirme"couleur indistincte". Puis on relève "meubles indestructibes" et "détritus de la civilisation". Dans un registre plus précis on a "chaises estropiées...chauferettes misérables...charnières défaites." Après les noms de choses, le narrateur accumule des adjectifs: "vieux, crevassé, pourri, tremblant, rongé, manchot, borgne, invalide, expirant." Enfin, la dernière expression sert de point d'orgue: "elle ca tomber en pourriture".

    III Procédés rhétoriques de la description
    Tout autant que le vocabulaire, la syntaxe est ici un moyen de souligner tel ou tel effet dans la decription.

    La juxtaposition est la forme syntaxique le plus fréquente: celle des substantif(baromète,gravures,cartel,poêle,quinquets,table,chaise,pailllasso,,chauferette),puis celle des adjectifs (phrase déja citée). Ce procédé en forme d'incentaire cocasse sonne comme un catalogue de commissaire-priseur. Il produit un effet de bric-à-brac avec une sorte de jubilation.

    L'absence de structuration spatiale découle de ce système de juxtaposition: tout se côtoit au hasard en une suite arbitraire qui exprime les chocs de la laideur. Le rythme précipité de la phrase, sa démarche cahotante, ses rebonds successifs accentuent l'effet de désordre: relisez cette période de douze lignes qui s'étend de "Vous y verriez..." jusqu'à "se carbonise", et récapitulez justement tout ce qu'on y coit. Tout cela est débité d'un souffle, dans la même structure, pour dire l'étonnement de l'oeil, l'effarement face à la multiplicité anarchique du laid.

    Le grossissement hyperbolique est le signe distinctif de la description. Par exmenple: "Il s'y rencontre de ces meubles indestructibles, proscrits partout, mais placés là comme le sont les débris de la civilisations aux Incurables"; les meubles se voient dotés d'une dimension épique et fantastique conférée par la laideur: "meubles indestructibles", protégés comme un patrimoine national. Ils ont une grandeur historique, et paraissent voués à l'éternité du laid absolu. Les monstres ne meurent pas, ils sont réunis en une sorte de musée du mauvais goût.

    L'utilisation variée des ressources de la syntaxe (autre que l'énumération) évite  l'écueil de la monotonie. Le narrateur emploie de simples épithètes, "un pôle vert...des chaises estropiées...", et pas mal de participe passés. Mais le procédé dominant est celui des suordonnées relatives: " sur lesquels sont des carafes...qui sert à garder...qui sort quand il pleut...qui ôtent l'apétit...où la poussière se combine avec l'huile...qui se déroule toujours sans se perdre jamais...dont le bois se carbonise...". Apparaît aussi une consécutive:"...toile cirée assez grasse pour qu'un facétieux externe y écrive son nom..."

    La caractérisation négative va se renforçer au fil du texte: plus on avance, plus la phrase s'étoffe et la laideur s'étale  avec plus d'ampleur: pour les trois derniers objets, "une longue table", de "petis paillassons piteux" et des "chauferettes misérables", chaque proposition de prolonge comme une misère sui n'en finit pas de se désagréger. Le nom de l'objet est suivi de commentaires dépréciatifs de plus en plus lourds; il traîne ses tares après lui; les marques indélébiles de sa dégradation, comme les stigmates d'une vie ratée.

    IV Scrupules de narrateur
    Pourtant l'auteur ne veut pas céder au vertige de la description, ni perdre de vue les exigences du récit: l'histoire doit avancer.

    Le souci du lecteur. Les exigences antinomiques de la descrition et du récit arrêtent le narrateur parvenu au sommet de son expansion(de sa frénésie?) descriptive dans la cascade des neuf adjectifs, "vieux, crevassés..."etc. il constate avec regret qu, pour expliquer vraiment la vétusté du mobilier, "il faudrait en faire une description qui retarderait trop l'intérêt de cette histoire,et que les gens pressés ne pardonneraient pas". Il se voit forcé d'interrompr sa nomenclature face au lecteur impatient. Le but premier du roman n'est-il pas de raconter une histoire?

    Mais la description est réintégrée, plus éloquente que jamais, dans la phrase même, déja citée, qui en annonce la fin:"Pour expliquer combien ce mobilier est vieux...l'intérêt de cette histoire" Phrase paradoxale, en forme de prétérition, où le narrateur déclare stopper la description, mais la porte à son développement le plus oratoire et met en oeuvre d'ultimes subterfuges d'expression pour décrire mieux et plus vite:
    -Il a recours à des épithètes empruntées au corps humain, "manchot, borgne, invalide, expirant", qui accentuent le pathérique de ces choses en perdition, pitoyables comme des agonisants.
    -"Enfin", dernière salve, comme à regret de devoir s'arrêter là, il utile trois substantifs forts: "une misère économe, concentée, rapée...elle a des taches...elle va tomber en pourriture". 

    CONCLUSION
    On rappelera la fonction des descritions dans l'économie du roman, dans l'efficacité de l'intrigue.Elles constituent certes un moment statique puisque la naration est suspendue; mais elles se justifient par d'autres raisons:

    Le décor joue un rôle indirect dans l'action: sa laideur provoque une réaction de rejet chez Rastignac et décuple son appétit de réussite; A son retour de chez Mmme de Beauséant"il vint dans cette salle à manger nauséabonde où il aperçut, comme des animaux à un râtelier, les dix-huit convives...La transiton était trop brusque, le contraste trop complet pour ne pas développer outre mesure chez lui le sentiment de l'ambition."

    Un souci d'authenticité. La connaissance du lieu contribue à l'effet d'authenticité de quelques scènes importantes: les confidences amoueruses d'Eugène à victorine, l'arrestation de Vautrin. ces grands momment sonnent plus vrai à se dérouler dans cette salle à manger devenue familière.



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :