• Le Père Goriot Balzac – Le discours de Vautrin

     « Le baron de Rastignac veut-il être avocat […] La corruption est une force, le talent est rare » (p 164-166).

     

    è      Quelle est la stratégie argumentative déployée par Vautrin ?

    Il s’agit d’un discours argumentatif qui progresse par élimination de tous les moyens honnête de faire fortune. Le registre employé est didactique (enseignement). + parler de Balzac. Vautrin devine les besoin de Rastignac.

    Situation du passage : Rastignac a besoin d’argent. Ce passage est situé entre une discussion de Vautrin et Rastignac. Vautrin dit à Rastignac qu’il ne sert à rien de travailler et être honnête, il faut mieux se marier à une riche jeune fille. Il lui propose un marché. Il lui donne de l’argent si Rastignac se marie avec Victoria Taillefer > Aucun moyen honnête ne permet de s’enrichir. Pour cela, il a recourt à un discourt argumentatif.

     

    1 L’emploie de comparaisons suggérant la violence

    Vautrin a recourt à des images extrêmement forte comme les comparaisons suivantes :

    -          se manger les uns les autres comme des araignées dans un pot.

    -          Entrer dans cette masse d’homme « comme un boulet de canon ».

    -          S’y glisser « comme une peste ».

    Les 3 comparaisons soulignent l’argument clef : Vautrin démontre à Rastignac qu’on ne peut faire fortune ni en travaillant ni en se mariant. Dans ces conditions, si on veut parvenir à la haute position sociale et à la fortune, il faut s’imposer de force. Le raisonnement prend un tour mathématique convainquant.

    Rastignac fait partit des 50 000 jeunes gens qui cherchent à faire fortune rapidement donc, il doit dévorer ses concurrents « comme une araignée dans un pot » renforce l’idée d’étouffement et renforce cette argumentation. Les deux autres comparaisons renvoient à de véritables fléau pour l’homme : la guerre et les épidémies ; elles soulignent pour Rastignac la nécessité où il se trouve d’éliminer ses adversaires.

    Les trois comparaisons amènent à la conclusion suivante : « l’honnêteté ne sert à rien », conclusion que Vautrin n’a plus qu’à développer.

     

    2 Les procédés rhétoriques

    Pour mieux convaincre Rastignac, Vautrin à recours :

    ·        il va employer des procédés syntaxique. (Emploie d’interrogation et d’exclamation qui interpellent son interlocuteur)

     Ex : « le baron de Rastignac veut-il être avocat ? », « Veuillez-vous vous marier ? »

    Emplois d’exclamations qui traduisent des sentiments de Vautrin. Ex : « Oh ! Jolie ! » -> moqueur

    «Des bassesses à dégoûter une truie » ->lexique  péjoratif et « pouah » qui montre un dégoût,

     « parvenir (italique), parvenir à tout pris », « bravo » traduit l’enthousiasme de Vautrin

    ·        Emploie de tournure familières et directes (registre de langue).

    Ex : « Vautrin encore mieux guerroyer », « Tout ça n’est pas gai ».

    ·        Impératif. Ex : « trouvez moi dans Paris », « Choisissez »

    ·        Un choix du lexique. Ex :(énumérations de groupes infinitifs), «partir pendant 10 ans », « baiser la robe d’un avoué » .

     

    ·        Jeu sur les pronoms personnels -> « nous » employé par Vautrin pour parler

    de Rastignac. Il se met au niveau de Rastignac -> « nous » de modestie.    « Nous (tu) avons une ressource dans la dot d’une femme. », «nos sentiments d’honneur, notre noblesse »

    -> « Vous » pour mieux l’impressionner.

    ·        Rythme des phrases : Les phrases courtes dominent. Des phrases brèvent nominales ou infinitives donnent de la rapidité et de la conviction au discours de Vautrin. Le « vous » scande (imprime un rythme) au discours et en augmente les faits convainquant
     

    3) Le jugement porté par Vautrin sur la société de son temps

     

    Dénonce la toute puissance de l’argent => champ lexical

    Corruption (morale) -> hypocrisie pour s’élever dans la société (« baiser la robe d’un avouer »).

    Il faut avoir une grande volonté pour réussir dans la vie.

     

    o        Vautrin est un exclu mais il a un sens personnel de l’honneur : « s’amoindrire l’âme ». =>accepter la compromission, lui fait horreur (« baiser la robe d’un avoué ») et il préfère lutter contre tous.

    o        La société est fermé, elle ne laisse pas passer ceux qui sont en marge ou à l’extérieur : Il faut briser le bocal pour y entrer.

    o        L’argent : Cette société n’a de la considération que pour l’argent et n’accorde de valeur au travail, il faut donc la combattre, d’où le lexique de la guerre car l’argent est le sang de la société. (« vous avez saigné vos sœurs »)

    o        C’est une société corrompue, la vertu que Vautrin définit comme « arme de la médiocrité » est inutile, elle ne peut conduire qu’à la misère (« un gas de la force de Poiret »). La société est un égout c’est pourquoi il convient de « se laver »

     

    Conclusion (à développer à l’oral) :

    Rastignac va comprendre la leçon mais ne l’a mettra en œuvre qu’à la fin du roman. Le jugement de Vautrin est rique (aller en se moquant contre les valeurs en place) mais plutôt convainquant et partagé par l’auteur => Vautrin est le porte-parole de Balzac.

     

    Questions ressorties au bac :

    è      Quelle philosophie ressort du discours de Vautrin ?

    è      Quelle est la teneur de la leçon donné par Vautrin ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    litt fr
    Mardi 24 Avril 2012 à 14:21

    pourais-je avoir le texte ? "le barron de rastignac veut-il etre avocat ?" a "La corruption est une force, le talent est rare "

    et ausi le porrtait de mme Vauquere ? 

      • Non
        Jeudi 21 Avril 2016 à 16:16
        Non tu peux pas
    2
    litt fr
    Mardi 24 Avril 2012 à 14:22

    pourais avoir le texte du discours de vautrin et aussi le portrait de mme vauquer ?

    3
    Amina_K
    Lundi 23 Juillet 2012 à 22:32

    FICHE ANALYTIQUE BAC  N° 6

     LE DISCOURS DE VAUTRIN

     

     

    INTRODUCTION

    Le Père Goriot est un roman écrit en 1835 par Balzac (1799-1850), écrivain français du mouvement Romantisme et précurseur du Réaliste. En 1842, Balzac a écrit la Comédie Humaine : un livre où toutes ses œuvres sont regroupées. Cette œuvre a pour but de représenter la société du XVIIème siècle afin de comprendre les lois du système social. Le Père Goriot en  est un très bon exemple puisqu’il représente parfaitement à travers ses personnages, divers et variés, les différentes couches de la société au XVIIème siècle.

    Le passage que nous allons étudier est le « Discours de Vautrin ». Ce passage se situe après le discours de Mme de Beauséant. Dans son discours argumentatif, Vautrin tente de convaincre Rastignac de tuer le frère de Victorine Taillefer, afin de tirer profit.  Il pourra alors satisfaire son rêve américain. Vautrin utilise l’art de la rhétorique ce qui nous montre que c’est un excellent stratège.

    Nous nous demanderons en quoi ce passage romanesque est il argumentatif ?  Dans une première partie nous verrons que le discours de Vautrin vise à ébranler la pensée de Rastignac puis dans une seconde partie nous allons voir comment Vautrin dénonce la double autorité religieuse et civile et met en place un nouveau credo (exprime sa foi).

     

    PLAN DETAILLE

      

            I.      Un discours qui vise à ébranler la pensée de Rastignac 

    1)      Paternalisme de Vautrin et les caractéristiques qui lui permettent d’être  écouté  

    ·        Vautrin prend Rastignac pour un enfant :

    Ø      Interjections : « Là,Là,Là » l 3 ; « Ne faites pas l’enfant » l 3-4 ; « Je vous pardonne, c’est si naturel à votre âge » l 9-10 ; « Mon cher » l 14

    Ø      Comparaison à Rastignac : «  J’ai été comme ça moi » l 9.

    Ä c’est une tentative pour Vautrin de se rapprocher de Rastignac ; cette comparaison montre également l’aspect paternaliste de Vautrin.

    ·       Vautrin lit dans les pensées de Rastignac :

    Ø      Questions  rhétoriques : « Car comment réussirez-vous, si vous n’escomptez pas votre amour ? » l 12-14 => A travers cette question, on peut voir que Vautrin se met dans la pensée de Rastignac qui a prévu de monter dans la société par les femmes (Mme de Nucingen) et l’accuse à travers les futurs.

    Ø     L 9 à l 14 : Vautrin montre encore qu’il est proche des pensées de Rastignac. Il l’exhorte à réfléchir et prophétise sur son avenir.

    Ø      Verbes à l’impératif : « Courroucez-vous » l 5 ; « emportez-vous » l 5 ; « Allez, dites, lâchez » l 7.

    Ä permettent à Vautrin d’anticiper les paroles de Rastignac.

    Ø     Disproportion de la parole : Vautrin parle beaucoup plus car il veut convaincre Rastignac de tuer Taillefer.

    Ø     Discours argumentatif.

     

    2)      Manipulation de Rastignac : Vautrin un personnage stratège 

    ·      Arriver par les femmes est une erreur :

    Ø   Enumération : l 18 à 24 est constituée d’une question rhétorique et la réponse est implicite.

    Ä Vautrin accuse ceux qui se servent des femmes pour monter dans la société.

    Ø      Vocabulaire péjoratif : « zizanie » l 20 ; « infamies » l 21

    Ä Vautrin tente de montrer à Rastignac qu’il s’éloignera de la vertu en voulant monter dans la société par les femmes.

    Ø      Parallélisme l 25-26 : Crime contre la vertu et la société : exemple du Dandy => Le « Pauvre Diable » s’oppose au « Dandy »

    Ä Sous entendu que le Dandy a été adultère avec la femme d’un autre et a empêché le premier enfant d’avoir toute la fortune familiale.  Le crime est l’adultère.

    Ä Vautrin dénonce cet homme qui agit comme un  assassin.

     

    II.      Dénonciation par Vautrin de la double autorité religieuse et civile et mise en place d’un nouveau credo (exprime sa foi) 

     

    1)  Remise en cause du code religieux et civil 

    ·        Technique argumentative :

    Ø      Thèse inductive : «  Il n’y a pas un article qui n’arrive à l’absurde » l 29-30. La première démarche est inductive c'est-à-dire l’exemple amène à la thèse.

    Exemple : Le Dandy s’oppose au bagnard =>Vautrin fait une généralité qui prouve que toutes les lois sont absurdes. Il utilise le déterminant possessif « vos » pour montrer qu’il se place en dehors de la société.

    Ä Sa thèse est donc discutable puisqu’il fait une généralité.

    Ø      Thèse déductive : « La vertu, mon cher étudiant ne se scinde pas : elle n’est ou n’est pas. » l 14-15 => Phrase gnomique.

    Ä Sa thèse est discutable bien qu’elle a une apparence irrévocable : on peut bien nuancer le propos.

    Ø      Syllogisme (démonstration en 3 temps : 2 prémisses qui sont les idées nécessaires + 1 conclusion)

    Ä 1ère prémisse : « on nous parle de faire pénitence de nos fautes » l 15-16. Le code religieux n’est pas dans la vertu, elle accepte le crime.

                            Ä  2ème prémisse : « On est quitte d’un crime avec un acte de contrition » l 17-18. La personne s’accuse de sa faute.

                            Ä Conclusion : elle est sous entendue par l’ironie « Encore un joli système ».

     

    L 16 montre que le code religieux n’est pas acceptable dans la mesure où il valide un crime.                                                

    Ä Le syllogisme donne une apparence de logique dans les propos de Rastignac. Par sa proximité au crime l’Eglise s’éloigne de la vertu. De plus on peut encore une fois dire que le syllogisme est discutable car l’Eglise est composée d’Hommes et l’Homme n’est pas toujours vertueux donc l’Eglise n’est pas toujours vertueuse car elle est composée d’Hommes.

    Ø      Hypallage : «  L’homme en gants et à paroles jaunes » l 29-30. Vautrin compare le bandit à un assassin ; pour lui commettre un adultère ou tuer c’est pareil.

    Ä Le crime d’adultère et de sang sont la même chose pour Vautrin.

     

                   2)  Critique de l’hypocrisie sociale

    Ø      l 24 à 29 : Vautrin utilise deux questions pour montrer l’opposition entre deux parties de la société : les riches et les pauvres. Il dénonce l’injustice des peines dans la société. « Le pauvre diable » qui s’oppose avec « le dandy » (homme élégant)  a commis un crime adultère c'est-à-dire caché donc impuni.

    Ø      Métaphore : « Voyez les mailles par où l’on peut passer à travers le réseau du code » l 36-37.  Les mailles du filet font  référence à la société qui est un filet dans lequel on se fait prendre.

    Ä Cette métaphore  montre donc l’aspect péjoratif de la société.

     

                  3)  Opportunisme et mépris des hommes chez Vautrin

    Ø     Vocabulaire péjoratif : « Ce monde-là » l 35-36.

    Ä Vautrin se présente en dehors du monde.

    Ø     Mépris : « Méprisez donc les hommes » l 36.  Le « donc » est conclusif.

    Ä Opposition au message du Christ « Aimez-vous les  uns les autres comme je vous ai aimés »

     

    CONCLUSION

    Vautrin est un personnage cynique, machiavélique, manipulateur, ambitieux mais aussi stratège car il explique à Rastignac qu’il n’y a pas d’autres moyens que tuer  le fils Taillefer.

    Vautrin tente de corrompre ce jeune arriviste tout d’abord par son paternaliste puis en dénonçant le code civil et le code religieux et enfin en dénonçant l’hypocrisie sociale.

    Le narrateur donne une capacité à Vautrin d’argumenter ; c’est un homme du peuple qui montre une certaine intelligence. Tout cela est typique de Balzac, il donne beaucoup d’importance à Vautrin dans ce roman.

    4
    moi
    Mercredi 15 Février à 14:33
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :