• Baudelaire: L'horloge

    Introduction       L'horloge est le dernier poème de la section « Spleen et Idéal »
          Thème du temps, classique dans la poésie romantique et dans Les Fleurs du Mal. Pour Baudelaire, le temps est un poids, démesurément long quand le poète s’ennuie, c’est un supplice.

    1) le temps, thème principal du poème

    Par sa composition, c’est une image du temps : 6 strophes de 4 alexandrins : 6 x 4 = 24, même division qu’un cadran d’horloge. Chaque quatrain a 4 vers : autant que de quarts d’heure.

    Poème établit sur des rimes : 12, sont alternées comme l’alternance droite-gauche du balancier.

    Les vers sont rythmés très régulièrement : par 6 syllabes (malgré quelques ruptures dans le rythme aux vers 9, v11, v15, v19), par la ponctuation : virgule (v1, v18, v22, v24), tiret (v 10), point d’exclamation (v1, v10, v13), point virgule (v20), parenthèses (v14, v23), par la grammaire : conjonction de coordination (v2), préposition (v3, v4, v8, v12, v16), relatif (v21).

    Le poème fonctionne comme une mécanique d’horloge.

    Champs lexical de l’horlogerie (= ensemble des instruments crées par l’Homme pour mesurer SON temps) : cadran (v1, v4), son (v14, v20, v21) – horloge la plus primitive (clepsydre) à horloge moderne (cadran solaire) + jacquemart (v5-6) – métaphore sur le cadran solaire (v2, v5-6)

    Division du temps, rappel du décompte : v 7, v9, v15, v21, temps naturel : v 8, v 19, série d’adverbes : v4 écho à v24, v11, v20-21-22, complément circonstanciel de temps : v 8 et 9 + « où »

    Système des temps employés : présent d’habitude (v2) , présent d’impératif « souviens-toi », présent de vérité générale (v17), présent d’actualité (v24)

    futur (…) passé : participe passé (v8), passé composé (v12)

    Un adjectif traduit l’effet du temps sur l’Homme : « vieux lâche » : rappel que la vie a passé pour lui, le temps vieillit les êtres. Résultat : sensation presque physique du temps qui passe.


    2) L’image que Baudelaire donne du temps

    Expérience commune : v2, « nous » désigne tous les Hommes, mais aussi expérience individuelle : «souviens-toi», expérience personnelle à laquelle chacun est confronté (v8, v14)

    Temps dominateur : v1 « dieu » :position de divinité personnifiée, « son doigt nous menace » : en nous créant, Dieu nous soumet au temps. S’exprime à l’impératif « souviens-toi »

    Temps puissant : v18 « gagne », dépourvu d’émotions v1 « impassible », v18 « sans tricher »

    Temps investi d’un savoir : v1 « sinistre » [sinister : celui qui dit l’avenir]

    Le poème est un long discours du temps aux Hommes, il commence et s’achève sur ce qu’il se produira (v4, v5, v21, v24) le temps connaît l’avenir

    Il représente toutes les sciences : v14 « parle toutes les langues »

    Il est hostile : v2 « menace », v12 « pompé », v17 « avide », v20 « a toujours soif » v9 « dévore » : // ogre qui consomme les Hommes, leur chair, leur liquide : c’est une agression, un ennemi.


    3) L’image qu’il donne de l’Homme soumis au temps

    Anonyme

    Démuni v3 « plein d’effroi », dépouillé de son plaisir v7,

    Promis à la mort v12, v15, v24

    Dépourvu de conscience et de sérieux : refrain « souviens-toi » : garde présent à l’esprit ton avenir, pas de souvenir du passé

    Insouciant : v15 oxymore « mortel folâtre », gravité opposée à gaieté

    Très dépensier : v13 « prodigue » (= dépenser sans compter)

    Méprisable : laisse échapper sa vie sans conscience de sa préciosité v16, remet à plus tard le soin de vivre, il repousse la vertu qui, à sa mort est « encore vierge » v22.



    Conclusion

    Biographie banale d’un Homme ordinaire en 3 époques, // 3 actes d’une tragédie :
              - saison du plaisir (strophe 2)
              - saison de la paresse, vie dépensée à ne rien produire (strophe 4)
              - tardifs regrets d’avoir oublié les valeurs (strophe 6)

    Caractéristiques de la tragédie : v2, puissances divines menacent le destin de l’Homme qui se perd au lieu de s’affronter à la vie, de construire une existence de vertu. Il est averti mais porte en lui les causes même de son châtiment (parallèle avec Dom Juan de Molière).

    Elargissement possible: L’Ennemi X et le Guignon XI

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :